Sélectionner une page

QUALITÉ DE L'AIR

Qualité de l'air - Zone à Faibles Émissions (ZFE)

ZFE : ce qui change au 1er janvier 2023

Au 1er janvier 2023, le dispositif de Zone à Faibles Émissions entre en vigueur pour les voitures des particuliers. La circulation des véhicules Crit’air 4, 5 et non-classés (les plus polluants) sera interdite dans un périmètre comprenant Toulouse à l’intérieur du périphérique et, à la marge, une partie de Tournefeuille et Colomiers.

Afin de diminuer la pollution de l’air et conformément à la Loi d’Orientation des Mobilités de 2019, Toulouse Métropole a mis en place progressivement depuis le 1er mars 2022 une Zone à Faibles Émissions (ZFE). Il s’agit d’une zone géographique dans laquelle les véhicules motorisés les plus polluants ne pourront plus circuler, 24h/24 7jours/7. Objectif : une métropole plus respirable pour préserver la santé des habitants.

 

Mon véhicule est-il concerné ?

Les deux roues motorisés immatriculés à compter 1er janvier 2007 sont autorisés à stationner et circuler dans la ZFE. En effet, les motocycles immatriculés du 1er janvier 2007 jusqu’au 31 décembre 2016 possèdent une vignette Crit’Air2 et les cyclomoteurs immatriculés à partir du 1er janvier 2018 possèdent une vignette Crit’Air1.

Les véhicules utilitaires et les poids lourds sont déjà concernés depuis le 1er mars 2022 selon l’année d’immatriculation.

Commander une vignette Crit’Air

La vignette Crit’Air est obligatoire pour circuler dans les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) instaurées par les collectivités ou pour circuler lorsque le préfet instaure la circulation différenciée lors des épisodes de pollution. Vous devrez  l’apposer sur votre pare-brise.

https://certificat-air.gouv.fr/

 

Les dérogations

  • Un pass sera mis en place début 2023 pour les particuliers et les professionnels, qui se déplacent occasionnellement à Toulouse, quel que soit leur lieu de résidence. Il permettra de circuler au sein de la ZFE, 52 jours par an, indépendamment de la vignette Crit’air. Cette dérogation provisoire aura une durée de trois ans. Vous trouverez bientôt toutes les informations sur ici.
  • D’autres dérogations sont possibles :
  • Besoins de précisions ?

Consulter la FAQ

Envoyer un mail

Le parking relais, le bon réflexe

Toulouse Métropole facilite l’accès au réseau de transports en commun depuis les parkings relais, même dans la Zone à faibles émissions (ZFE).

  • Les parkings relais (P+R) situés en dehors du périmètre de la ZFE(Balma-Gramont et Ramonville pour ce qui concerne le métro) sont ouverts à tous les usagers.
  • Les parkings relais situés à proximité immédiate de l’entrée dans la ZFE (Basso-Cambo, Borderouge et Argoulets), restent accessibles à tous les usagers, quel que soit leur véhicule. Leur accès n’est pas soumis aux restrictions de circulation, en suivant un itinéraire dédié.
  • L’accès aux parkings relais situés à l’intérieur du périmètre de la ZFE et plus proches du centre-ville de Toulouse (Arènes, La Vache, Jolimont) est soumis aux restrictions de circulation de la ZFE.

Les parkings relais sont ouverts 24h/24 et 7J/7 avec un affichage des places en temps réel. Le stationnement est gratuit pour les voyageurs Tisséo*. Des places de stationnement sont réservées aux covoitureurs.

*à condition d’avoir effectué un aller-retour et validé un titre de transport dans l’heure précédant votre sortie (1re validation prise en compte si vous avez effectué des correspondances) et stationné moins de 24h consécutives.

 

Pour + d’infos: https://metropole.toulouse.fr/actualites/zfe-ce-qui-change-au-1er-janvier-2023


Un dispositif qui mérite d’être revu

Moins de voitures sur les routes de Toulouse Métropole, c’est moins de polluants dégradant la qualité de l’air : de nombreuses études montrent à l’unisson un rôle de la pollution atmosphérique sur la perte d’espérance de vie et la mortalité, mais également sur le développement de maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires et du cancer du poumon.

Les habitants qui résident à proximité des grands axes de circulation sont les plus touchés par la pollution de l’air, or ils sont souvent également les plus précaires.

Si les aides financières pour acquérir un véhicule moins polluant ou encourager la pratique du vélo existent, elles sont à ce jour insuffisantes. Nous demandons leur revalorisation afin de réellement aider les propriétaires de véhicules les plus polluants à acquérir une automobile aux normes. En attendant, il faudrait réaménager le calendrier de mise en œuvre pour celles classées en Critair 3 et 4.

Pour faire reculer l’usage de la voiture, il faut aussi des alternatives ambitieuses, un réseau de transports en commun multimodal efficace et interconnecté, ainsi qu’un réseau cyclable sécurisé et continu. Nous demandons que tous les partenaires concernés, la Métropole, le Conseil Régional, le Conseil Départemental, l’Etat, la SNCF se mettent enfin autour de la table pour déployer un plan ambitieux combinant RER, nouvelles lignes de tramway, de bus Linéo en site propre, réseau express vélo.

Vous pouvez télécharger le document ICI


Qualité de l’air – Zone à Faibles Émissions (ZFE) – entrée en vigueur au 1er mars 2022

>   Qu’est ce qu’une ZFE ? / 50 secondes

https://vimeo.com/683199074/d5e702c36f

>   La ZFE, êtes-vous concernés ? / 50 secondes

https://vimeo.com/683387973/135716d7de

>   La ZFE, quels bénéfices ? /50 secondes

https://vimeo.com/681317653/943c06045c

 

QU’EST-CE QU’UN ÉPISODE DE POLLUTION ?

On définit un épisode de pollution par une quantité trop élevée d’un ou de plusieurs polluants dans l’air.

Il peut être dû :

  • aux conditions météorologiques, notamment dans les situations stables (peu ou pas de vent) et en période estivale (chaleur et ensoleillement) ;
  • à l’apport massif d’une pollution sous l’effet du vent ;
  • à l’augmentation saisonnière des émissions de polluants en lien avec certaines activités agricoles, le chauffage domestique…

En cas d’épisode de pollution, deux seuils sont déterminés selon les microgrammes de polluants contenus par mètre cube d’air :

  • le seuil d’information : le préfet communique alors des recommandations sanitaires pour les périodes les plus sensibles. Seuil d’information pour les PM10 : 50 microgrammes par mètre cube d’air ;
  • le seuil d’alerte : le préfet complète les recommandations par des mesures d’urgence réglementaires (limitation de vitesse, circulation alternée…). Seuil d’alerte pour les PM10 : 80 microgrammes par mètre cube d’air.

Téléchargez le communiqué de la Préfecture du 03/12/2020

Téléchargez le communiqué de la Préfecture du 23/11/2020

Téléchargez le communiqué de la Préfecture du 22/10/2020

close

Newsletter

Suivez toute l'actualité de votre ville!

Lisez notre politique de confidentialité.