Sélectionner une page
2023

JANVIER 2024

Lors de la cérémonie d’honorariat de Georges Beyney, prédécesseur de Marc Péré, il a été rappelé que la question d’une nouvelle gendarmerie à L’Union se posait déjà à la fin de son mandat, il y a plus de 10 ans. A l’époque, l’équipe de G. Beyney envisageait d’implanter cette nouvelle gendarmerie derrière le centre commercial L. Cogez. Elle sera finalement située avenue des vents d’Autan, à proximité de sa localisation actuelle. Mais peu importe, l’essentiel est d’avoir convaincu l’Etat de maintenir L’Union en zone gendarmerie et de faire le choix de L’Union pour son implantation.

Davantage d’efficacité pour les forces de l’ordre est une nécessité pour préserver la tranquillité publique. Mais le plan sûreté que nous avons lancé fin novembre, suppose aussi l’engagement citoyen dans le cadre du dispositif de la « participation citoyenne » qui s’étend. Nous remercions les nouveaux bénévoles, en espérant que d’autres les rejoignent.

Notre action municipale est riche. Elle vise à maintenir un haut niveau de service, à préserver l’existant mais nous voulons aussi innover. Cette année, nous ouvrirons le café culturel et citoyen, avenue des Pyrénées, nous poserons les bases de la Ferme maraîchère bio route de Bessières.

Soyez assurés de notre engagement plein et entier pour notre belle commune et veuillez recevoir nos vœux de bonheur, de santé et de réussite pour 2024.

Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

2023

NOVEMBRE 2023

Le bilan de mi-mandat

 


SEPTEMBRE 2023

L’Union avance

L’ADN de notre équipe municipale, c’est la transparence. Au mois d’octobre, vous recevrez un numéro spécial « mi-mandat » de L’Unionais qui donnera à voir l’ampleur de l’action municipale impulsée par la majorité que vous avez élue en 2020, dès le premier tour, avec un score remarquable de 75,29 %. Forts de votre confiance, nous avons poursuivi l’action municipale dans le prolongement du précédent mandat.

Impossible ici d’en faire état de façon exhaustive. Nous voudrions néanmoins souligner quelques bonnes nouvelles de l’été et de la rentrée. Dans le cadre de notre projet de « cœur de ville », la nouvelle gendarmerie est désormais actée. Le projet de Maison de Santé Pluriprofessionnelle avance. Les travaux du café culturel et citoyen, situé avenue des Pyrénées (dans l’ancienne Mairie-Ecole) sont en cours d’achèvement, l’appel à projet pour sa gestion a bien fonctionné et l’ouverture est prévue début 2024.

Hélas, notre action est corsetée par des contraintes budgétaires croissantes, liées au recul de l’engagement financier de l’Etat et à l’inflation galopante. Nous maintenons toutefois le cap. Certains projets sont reportés, comme celui de la Ferme Maraichère Bio de la route de Bessières. Produire des légumes pour la restauration scolaire est un beau projet qui sera mené à bien avec quelques mois de retard.

L’action des élus est bien entendu décisive. Mais rien ne serait possible si elle ne s’appuyait pas sur une équipe d’agents dont nous voulons encore une fois saluer l’implication, la réactivité, le sérieux. Elle gagne aussi en efficacité grâce à l’implication citoyenne. Nous voulons saluer les Unionais qui, dans une très large majorité, font le choix d’une attitude citoyenne, contribuant à entretenir notre commune, à faire vivre la vie associative, à veiller les uns sur les autres face aux incivilités et parfois hélas aux tentatives de cambriolages ou de vols à la roulotte. Nous voulons enfin saluer plus particulièrement celles et ceux qui s’impliquent dans les commissions citoyennes participatives, mises en places conformément à nos engagements, dans les commissions participatives voirie, urbanisme, développement durable ou dans le cadre du Parlement des écoles. Qu’ils en soient chaleureusement remerciés.

Avec vous, continuons d’avancer.

Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

 


JUILLET 2023

Une gestion municipale maîtrisée

La forte inflation que nous connaissons ces derniers mois érode le pouvoir d’achat de chacune et chacun d’entre nous. Les finances des collectivités locales subissent les mêmes effets et se voient donc contraintes.

Le prix des fluides énergétiques pour nos écoles, nos gymnases, les bâtiments municipaux a augmenté de 30 %. Même phénomène pour les fruits (+ 32 %) et les légumes (+ 24 %) de la restauration scolaire.

En réduisant de plus en plus les moyens alloués aux collectivités locales, l’Etat laisse s’aggraver les difficultés des communes. L’enveloppe locale que doit donner Toulouse-Métropole aux 37 communes – dont L’Union – pour l’entretien de la voirie a été fixée en 2014 à 1 million d’Euros pour notre commune. JL Moudenc a décidé de la baisser de 20 % en 2015 et elle n’a pas évolué depuis malgré l’inflation. Les enrobés nécessaires à l’entretien de nos trottoirs et de nos voies routières ont pourtant connu une croissance de 30 % ! Marc Péré et Brigitte Bec, représentant la commune de L’Union aux instances de Toulouse Métropole, ont demandé à ce que rétablisse un budget correspondant aux investissements de voirie nécessaires sur notre commune.

Comme de très nombreuses communes, pour faire face, nous n’avons pas d’autre solution que de procéder à une augmentation de la taxe foncière. Cette hausse a été cantonnée au minimum nécessaire puisqu’en moyenne chaque famille propriétaire à L’Union devra payer 50 euros supplémentaires par an. L’Union reste tout de même l’une des villes où le taux de la taxe foncière est le plus bas, loin derrière Blagnac, Launaguet, Cugnaux ou Saint-Orens, des villes comparables.

Malgré les difficultés, l’action municipale continue et les projets que nous avons lancés, la Ferme maraichère bio, la Maison de santé pluriprofessionnelle, la nouvelle gendarmerie, le café culturel, avancent au rythme prévu. Nous avons aussi pu négocier un achat groupé de pièges à moustiques pour les Unionais et les dispositions sont prises pour implanter dans toutes les salles de classe des ventilateurs modernes, pour la prochaine année scolaire, afin d’améliorer les conditions de travail dans les écoles quand la température s’élève.

Merci de votre confiance.

Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

 


MAI 2023

Les finances de notre municipalité sont mises à l’épreuve de la forte inflation, de l’effondrement des dotations de l’Etat et de la stagnation de l’attribution de compensation donnée aux communes de la métropole par Toulouse Métropole

Face à cette situation, notre devoir c’est trouver les solutions pour poursuivre l’action municipale, de préserver les services (écoles, cantines, accueil du public, sécurité) et le patrimoine.

Nous voulons aussi faire avancer nos projets pour le bien vivre et pour la transition écologique :

  • Nous voyons avec satisfaction avancer le projet de Ferme maraichère bio. Nous espérons pouvoir produire des légumes bio en régie municipale pour fournir les écoles de notre commune.
  • Les travaux du café citoyen avancent et l’appel à projet pour son animation est lancé.
  • La forêt communale de l’Avenue de Bayonne se structure avec l’appui des citoyens et des élèves de nos écoles.
  • Les projets pour la Maison de Santé Pluriprofessionnelle et la Résidence Jeunes actifs, dans le cœur de ville, ont été choisis.

Enfin, notre municipalité est représentée au Conseil de Toulouse Métropole par Brigitte Bec et Marc Péré. Nous y proposons une série de mesures qui visent à améliorer la vie des habitants de notre métropole. En particulier, nous avons demandé ce que l’Attribution de compensation pour notre commune soit revue à la hausse. Nous avons défendu un plan de développement des transports en commun plus ambitieux, avec le RER, les lignes de bus en site propre, les pistes cyclables. Et nous avons aussi demandé à ce que la ZFE (Zone Franche Urbaine) soit revue, comme l’ont fait d’autres métropoles, pour que des centaines de milliers de personnes ne payent pas gravement la nécessaire lutte pour améliorer la qualité de l’air.

Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

 


MARS 2023

Mairie Solidaire

Dans le cadre du mouvement national « Mairies solidaires », nous avons décidé de fermer la Mairie le 31 janvier dernier, de 8h à 11h30, exception faite des services essentiels. C’est un acte symbolique fort qui vise à marquer notre désaveu d’une réforme des retraites injuste et brutale.

Précisons que cette décision n’a rien coûté au budget municipal. En revanche, si elle est votée, cette Loi va l’impacter. Une disposition prévoit en effet que la cotisation retraite des collectivités locales pour les agents augmentee de 1% alors que ce ne sera pas le cas pour les autres employeurs privés ou publics. Les finances locales, déjà handicapées par la hausse des prix de l’énergie et la baisse des dotations de l’Etat, seront assez lourdement impactées.

En tant employeur, nous savons combien il est difficile, surtout dans des métiers pénibles, de travailler jusqu’à 62 ans. Reculer l’âge de départ à 64 ans provoquerait le recul de l’espérance de vie en bonne santé.

Notre collectivité est également concernée par ce projet de réforme parce que, comme une écrasante majorité des français, les citoyens de l’Union s’opposent à ce projet de loi.

La solidarité est une valeur essentielle à nos yeux. Dans un autre domaine, à l’heure où ces lignes sont écrites, le bilan du terrible tremblement de terre en Turquie s’alourdit. Nous pensons aux milliers de victimes, à leurs familles et aux sinistrés et pour agir concrètement, nous relayons le travail de l’antenne locale du Secours Populaire et appelons les Unionaises et les unionais à répondre à ses appels à la solidarité financière et matérielle. Toutes les informations nécessaires sont relayées sur le site de la municipalité.

Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

 


JANVIER 2023

Une urbanisation maîtrisée, une démographie stable

Lors de la dernière modification du PLUiH (règles d’urbanisme à l’échelle de toute la métropole), nous avons demandé que tous les espaces verts de L’Union soient rendus inconstructibles. Mais le PLUiH préparé par l’exécutif de Toulouse Métropole a été annulé par la justice. En l’attente d’un nouveau PLUiH, la Mairie de L’Union, en coopération avec Toulouse métropole, protège les espaces verts.

La politique d’urbanisme que nous menons est conforme à la Loi et aux règles d’urbanisme en vigueur. Contrairement à ce que l’on entend parfois, L’Union n’est pas dans une situation d’urbanisation à outrance. Malgré la croissance forte de la métropole, la démographie unionaise est marquée par la stabilité. Au 1er janvier 2023, l’INSEE estime la population de L’Union à 12 511 habitants, un chiffre quasi-identique à celui de… 1999.

Les flux de voiture augmentent néanmoins à cause de la croissance de la métropole. Nous faisons tout pour chercher à en modérer les inconvénients.
L’équipe majoritaire reste pleinement mobilisée pour défendre un cadre de vie agréable et protégé.

Restant à votre écoute, nous vous souhaitons une belle année 2023.

Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

2022

NOVEMBRE 2022

En 2018, notre ville a été dotée d’une ligne de transport cadencée et à forte amplitude, le Linéo 9.

Nous avons accueilli le terminus de cette ligne qui effectuait la liaison entre ville et le quartier Empalot.
Depuis septembre, le Linéo 9 a fusionné avec le Linéo 7 pour effectuer d’une seule traite la liaison entre la Grande Halle et Saint-Orens.
Sur le papier, cette longue liaison est programmée en 45 minutes environ, quand les conditions de circulation sont idéales. En journée, et notamment en heure de pointe, le Linéo peine à avancer dans les portions, rares heureusement, où il se trouve au milieu du trafic, et notamment entre la zone du pont sur la rocade et le Faubourg Bonnefoy.

Le Linéo 9 est un moyen efficace pour reporter le trafic depuis la voiture individuelle vers les transports en commun. Sa fréquence et son amplitude horaire sont des atouts indéniables pour préparer un avenir proche où l’usage des voitures personnelles sera plus difficile. Mais il est essentiel de faire évoluer cette ligne de bus pour aller vers un bus à site propre, c’est-à-dire séparé de la circulation des automobiles, sur la majorité du parcours et ainsi assurer aux usagers une garantie de performance en temps.

Les élus de L’Union dialoguent avec Tisséo avec comme objectif de faire peu à peu disparaitre ces zones où le bus se retrouve au milieu du trafic. Le passage sur l’Hers puis sur le pont de la rocade est un gros point noir pour cette évolution souhaitée. Des études existent pour le supprimer. Il convient cependant de trouver les financements nécessaires.

Sur les transports, comme sur l’ensemble des projets qui visent à conforter le bien vivre à L’Union, les élus et les services restent pleinement mobilisés.

Nous souhaitons, même avec beaucoup d’avance un excellent Noël 2022 !

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

 

 


SEPTEMBRE 2022

La vidéo-protection à L’UNION

Pourquoi avons-nous choisi d’installer des caméras de surveillance dans notre ville ?
Raisons principales : protéger les bâtiments et espaces publics mais aussi les agents qui travaillent dans ces locaux.

Il s’agit d’un engagement pris lors de notre dernière campagne municipale.
Un audit de sécurité a été réalisé en 2020 par la Gendarmerie qui a étudié la délinquance dans notre commune mais également
l’évolution de l’urbanisation et ses conséquences.

Ainsi nous avons avec leur aide sélectionné les lieux d’implantation, le positionnement des caméras ainsi que le choix
du matériel. Ces caméras filmeront tous les allers et venues autour des principaux bâtiments municipaux. La technologie
numérique permet un stockage des vidéos sur disque dur, celles-ci seront automatiquement effacées après une période de
conservation de 30 jours maximum.

La consultation des images ne pourra se faire que sur demande des autorités compétentes dans le cas d’une enquête en cours.
Bien évidemment nous avons déposé une demande d’installation de vidéo surveillance auprès de la Préfecture, laquelle a validé
notre projet. Nous espérons que les actes de malveillance heureusement rares dans notre ville seront stoppés. Nos agents de la
Police Municipale (ainsi que les gendarmes) apprécieront ces équipements, qui compléteront les dispositifs mis à leur service
depuis notre arrivée aux responsabilités en 2014.

Précisons que ces équipements représentent un important investissement financier de l’ordre de 150000€. Il en va de la
sécurisation du patrimoine communal.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.


JUILLET 2022

Avec ce numéro de juillet, c’est la période de vacances qui s’ouvrent pour les élèves de notre commune, qu’ils soient écoliers, collégiens, lycéens ou étudiants. Pour les jeunes de 3 à 11 ans, sous conditions de ressources, la municipalité propose le Passe Eté qui leur permet d’accéder aux activités proposées par les associations partenaires qui sont ici remerciées. Ces activités sont variées et s’étalent tout au long de cet été qui débute.

Ainsi, celles et ceux qui n’ont pas forcément la chance de quitter notre ville pour les vacances se verront proposer des stages ouverts à tous. L’inflation galopante que nous connaissons depuis 10 mois met en difficulté des centaines de familles unionaises. Ce dispositif est une réponse sociale de la municipalité qui viendra alléger la charge des familles et qui offre à nos jeunes un cadre professionnel et ludique.

A toutes et à tous, je vous souhaite un bel été, fait de repos, de joie et de moments festifs partagés.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.


MAI 2022

Les agents de la Ville de L’Union, titulaires de la fonction publique, sont au nombre de 134, auxquels se rajoutent 63 agents contractuels.
Les autres villes de la même strate, entre 10 000 et 20 000 habitants, ont en moyenne 8% d’agents en plus. Cela est notamment du au fait que les impôts locaux à L’Union sont parmi les plus bas de notre agglomération (14ème sur les 16 villes de plus de 6000 habitants), ce qui a pour conséquence des ressources financières insuffisantes pour doter notre ville d’un nombre d’agents qui se situerait dans la moyenne des villes de notre strate.

Malgré ce sous-effectif, et grâce à une implication totale de nos agents, le service rendu à la population, dans l’ensemble des activités à la charge de la municipalité, est d’une grande qualité et est apprécié par la population unionaise.

Cette tribune est l’occasion de leur rendre hommage : ce sont ces acteurs du quotidien qui font que notre ville est si agréable à vivre.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

 


MARS 2022

La Métropole a connu pendant près de 4 semaines une grève de la collecte des déchets qui a entrainé de grosses perturbations pour les habitants. Nous saluons le civisme des Unionais qui ont fait d’immenses efforts pour ne pas encombrer outre mesure les trottoirs de notre ville.

La municipalité a été en lien étroit avec les services de Toulouse Métropole afin de tout faire pour limiter les désagréments qui ont toutefois étaient importants durant ces 4 semaines.

Avec la fin du mouvement, notre ville retrouve peu à peu sa propreté, les collectes se faisant à un rythme presque normal, avec cependant des tournées qui ne sont pas terminées.

Les éboueurs ont abandonné à la mi janvier le fini-parti qui les amenait à effectuer leurs tournées rapidement, puisqu’ils pouvaient ensuite quitter leur lieu de travail. Avec cet abandon, certaines tournées ne sont pas menées à leur terme au sein de leur plage horaire de travail. De plus, un phénomène naturel de déstockage par les citoyens, qui avaient conservé des sacs poubelle dans leur domicile durant le mouvement de grève, rallonge la durée de ces tournées.

Nous effectuons des signalements de quartiers auprès des services de la Métropole afin que notre ville retrouve le plus vite possible une situation saine.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

 


JANVIER 2022

La Chambre Régionale des Comptes a rendu son analyse de la gestion de notre commune entre 2014 et 2020. Nous devons avant tout remercier ici l’équipe municipale qui a œuvré sur le précédent mandat municipal. C’est également le résultat du travail des 200 agents municipaux : soulignons leur professionnalisme, leur rigueur et leur engagement au service de tous les habitants.

Le rapport de la Chambre régionale des Comptes dresse un constat clair et sans ambiguïté : la commune s’est professionnalisée depuis 2014 (page 38), elle présente une situation financière saine permettant d’aborder l’avenir sereinement (pages 5 et 74), l’endettement est faible et maitrisé (page 70), son produit fiscal est quatre fois moins élevé que les autres communes de la Métropole (page 62).

Au moment où les magistrats de la Chambre Régionale des Comptes nous faisaient part de leurs premières observations sur la bonne santé financière de notre commune, l’opposition dénonçait dans ce journal, en conseil municipal ou dans des tracts mensongers une situation financière catastrophique, un endettement excessif, et un dérapage des impôts.

Sur ces questions, nous apprécions à sa juste mesure l’analyse positive faite par la Chambre Régionale des Comptes.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

2021

NOVEMBRE 2021

Non au parking payant à la Clinique de L’Union – Saint Jean

Rendez vous le 20 novembre à 15h sur le parvis de la Clinique

Un collectif de 25 maires des environs s’est constitué pour refuser cette décision de janvier dernier quand la Direction de la Clinique de L’Union a rendu l’accès au parking payant.

Ce Collectif refuse que les patients et leurs visiteurs aient à payer pour accéder à la clinique.

Nous pensons aux patients qui doivent désormais payer pour une consultation qui parfois s’éternise.

Nous pensons aux personnes accompagnantes qui viennent rendre visite à un mari, une épouse ou un proche, pour passer du temps à ses côtés.

Nous refusons cette ponction supplémentaire dans le porte monnaie de nos concitoyens, pour qui la vie est de plus en plus chère.

Ce collectif de maires vous appelle à manifester contre cette décision le 20 novembre prochain, à 15h, sur le parvis de la Clinique.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.


SEPTEMBRE 2021

Une rentrée 2021 particulière

Les chiffres des effectifs scolaires pour la rentrée 2021, à l’heure où ce texte est écrit, sont les suivants : 977 élèves inscrits dont 348 en maternelle et 629 en élémentaire.
Par rapport à 2020, ces chiffres sont stables. Le renouvellement de notre commune provient majoritairement du rachat de maisons individuelles par de nouveaux propriétaires et de la construction de nouveaux logements, ces deux sources étant à peu près équivalentes. On constate donc que ce renouvellement de population ne produit pas d’effet flagrant sur les effectifs scolaires.
Cela semble indiquer que les nouveaux arrivants, acheteurs de maisons individuelles, ou d’appartements neufs, et nouveaux locataires, ne sont pas constitués de façon majoritaire de familles avec des enfants de moins de 10 ans. Le coût de ces maisons et appartements expliquent certainement pourquoi ce ne sont pas de jeunes couples qui aménagent, mais plutôt des quarantenaires et plus, avec des enfants plutôt en âge d’être scolarisés en collège ou lycée.

Ces chiffres sont scrutés avec une particulière attention par les élus et les services afin de maintenir à jour une bonne connaissance
de notre population, ancienne ou récemment installée à L’Union.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.


JUILLET 2021

Comprendre l’annulation du PLUiH

Les règles d’urbanisme dans la Métropole, celles qui régissent tout projet de construction ou de modification d’un habitat, sont décrites dans un document unique pour tout le territoire de la Métropole. Ce document s’appelle le Plan Local d’Urbanisme intercommunal et de l’Habitat (PLUiH).

Il a été voté en 2019 et devait être applicable pour la décennie qui s’ouvre. Suite à un recours déposé au Tribunal Administratif par des particuliers, ce PLUiH a été annulé par la justice avec effet au 30 mars 2021.

Les raisons de ce rejet sont liées au fait que la loi impose de faire une estimation des terres agricoles, naturelles et boisées consommées dans les 10 années précédant l’entrée en vigueur de ce PLUiH (2008 à 2018 donc). Cette estimation doit permettre de vérifier que la consommation de ces mêmes terres pour les 10 prochaines années connaitra une baisse par rapport à la période précédente.

Le juge a estimé que cette évaluation de consommation de terres pour la période 2008-2018 était erronée, car surestimée. Cette surestimation permettait d’afficher une baisse de la consommation des terres pour les 10 prochaines années, alors que cela était faux.

Nous revenons donc au PLU précédent, communal, perdant ainsi au passage les évolutions que nous avions introduites pour notre commune dans le nouveau PLUiH.

L’impact pour notre commune est important, y compris pour les particuliers qui souhaitaient modifier la configuration de leur domicile.

Le service Urbanisme de notre commune, dont l’efficacité est ici soulignée, se tient à votre disposition pour détailler cet impact.

Bon été à toutes et à tous.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.


MAI 2021

L’année 2021 sera celle d’une petite révolution fiscale :

  • La Taxe d’Habitation poursuit sa disparition : 64% des ménages ne la payent plus depuis 2020. En 2021, les 36% restant verront une baisse de cette taxe de 30%. En 2023, cette taxe aura disparu pour tout le monde.
  • En 2021, la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM) sera harmonisée pour toutes les communes de la Métropole avec un taux unique de 8,1%. Pour les Unionais, ce sera donc une baisse, passant ainsi de 8,77% à 8,1%.
  • Le taux du Foncier Bâti de Toulouse Métropole passera de 5,96% à 13,2%.
  • La Taxe Foncière du Département (21,9%) est désormais intégrée au taux communal. Seule une fraction de cet impôt sera gardée par la commune (40%), le reste étant reversé à l’Etat. Cette recette nouvelle pour la ville vient compenser la disparition de nos recettes liée à la suppression progressive de la Taxe d’Habitation que nous percevions jusque là.
  • La Taxe Foncière communale aurait du connaitre cette année une baisse de 6,5 points. En effet, avec la forte augmentation de la Taxe Foncière décidée par Toulouse Métropole, celle-ci reverse à la Municipalité une somme annuelle additionnelle importante (de l’ordre de 1,5 million d’€) afin de permettre de compenser pour le contribuable la hausse de l’impôt métropolitain. Ainsi, notre taux de foncier bâti aurait du baisser de 35,67% à 29,10%. Cependant, cette baisse ne sera que partiellement appliquée : notre nouveau taux baissera à 32,37%.

Même si le taux communal baisse donc de 3,3%, il s’agit donc d’une hausse indirecte du taux communal, qui aurait donc pu baisser à 29,10% et qui sera donc à 32 ,37%, au lieu de 35,67% précédemment. Cette hausse sera cependant partiellement compensée par la disparition de la Taxe d’Habitation et la baisse du taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères.

Cette deuxième augmentation consécutive, et la dernière du mandat en cours, était pour nous vitale pour préserver les finances de la commune et ainsi maintenir nos services publics.

Avec l’effondrement de l’aide financière de l’Etat, une perte de plus d’un million d’€ de recettes annuelles, ce nouveau taux nous permet d’assurer l’équilibre du budget municipal.

Jusqu’en 2020, L’Union avait, et de très loin, les taux les plus bas des villes de la Métropole de plus de 6500 habitants. Malgré cette revalorisation étalée sur deux années, L’Union se classe désormais 14ème parmi les 16 villes de la Métropole de même catégorie, avec donc 13 villes sur 16 qui ont des taux communaux plus élevés.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.


MARS 2021

Le Parlement des écoles s’est réuni pour la première fois le 10 février dernier. Il s’agit d’une nouveauté importante dans notre politique municipale et d’un engagement de campagne électorale.

L’idée est d’impliquer les parents d’élèves, le corps enseignant et les élèves, aux côtés des élus et de l’Administration, dans la définition des grands axes de notre politique scolaire et périscolaire.

5 parents d’élèves ont été tirés au sort, ainsi que 5 enfants des classes de CM2, et 3 enseignants. Ce parlement se réunira trois fois par an et traitera de l’ensemble des sujets transversaux relatifs à la gestion des Écoles. Il ne remplacera pas les Conseils d’École qui eux traitent les affaires de chacun des groupes scolaires. Mais il pourra se saisir et faire des propositions sur tous les sujets communs aux écoles, comme la restauration, les temps périscolaires, les horaires, la thématique sanitaire ou tout autre sujet qu’il considérera comme de sa compétence.

Il s’agit là d’une avancée majeure pour impliquer les citoyens et les rendre acteurs de la vie municipale, au-delà d’un avis demandé tous les 6 ans, le temps d’une élection.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.


JANVIER 2021

Jugement pour le recours électoral

Au lendemain de la victoire sans appel de la liste « L’Union avance » menée par Marc Péré, l’opposition actuelle a introduit un recours électoral pour contester le résultat d’une élection pourtant limpide. Surement le fruit d’une immense déception.

Ce recours repose certes sur un droit démocratique donné par le code électoral. Mais cette démarche a été engagée à une époque où toutes les attentions se devaient d’être tournées vers un problème majeur, la crise sanitaire, avec, au printemps dernier, le premier confinement à gérer.

Il traduisait un manque de respect : d’abord vis-à-vis des électeurs, qui avaient choisi sans ambigüité la liste de l’équipe sortante, en lui accordant trois fois plus de voix qu’à la liste perdante. Mais c’est aussi un manque de respect pour l’institution judiciaire de notre pays : une utilisation abusive de la justice, financée par l’argent public.

Le jugement est clair : l’ensemble des arguments présentés par nos opposants a été balayé par la justice.

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».
Marc Péré, Yvan Navarro, Brigitte Bec, Laurent Roux, Isabelle Godéas, Joël Feuillerat, Karen Grégoire, Philippe Baumlin, Monique Guedes, David Rofé, Nathalie Simon-Labric, Laurent Ortic, Valérie Quoniam Dourel, Yannick Puget, Philippe Garde, Philippe Merley, Denis Molet, Christine Perroux, Christine Célérier, Frédéric Bamière, Florence Toulze, Frédéric Combe, Roxane Jarrige, Julien Cadieu, Danièle Cabero, Jean-Marc Domeneghetty, Carole Ferré, Géraldine Serret-Peres, Guy Mittaux.

2020

NOVEMBRE 2020

Epilogue du dossier ASU
En 2014, l’équipe municipale nouvellement élue a commandé un audit sur la situation de l’ASU (Association Sportive de L’Union). À la suite des résultats de cet audit, la décision a été prise de porter plainte pour abus de confiance, peu de temps après la liquidation judiciaire de l’association. L’enquête judiciaire avait conclu à un détournement de plus de 200 000 € au profit personnel du président de l’association et au profit d’une entreprise qu’il gérait. Ces malversations laissent une ardoise de 760 000 € d’impayés.
La Cour d’Appel de Toulouse a confirmé le 10 septembre dernier le jugement en première instance de 2017 et a condamné l’ancien Président, Philippe Thévenet, à 24 mois de prison dont 8 fermes et à 10 années d’interdiction de gérer une structure. Ce dernier a également été condamné à réparer les dommages financiers causés par l’infraction.
Le groupe majoritaire, à l’origine de cette plainte sans laquelle ce détournement scandaleux de l’argent des adhérents et de la municipalité serait passé par pertes et profits, se félicite d’être allé au bout des démarches, pour que justice soit rendue.
Nos pensées vont aux bénévoles de l’époque qui donnaient de leur temps et de leur argent pour faire vivre la pratique sportive : ce sont eux aussi les principales victimes de cette escroquerie.
LES ÉLUS DU GROUPE MAJORITAIRE DE LA LISTE « L’UNION AVANCE ».

Le groupe majoritaire « L’Union avance ».


SEPTEMBRE 2020

En décembre dernier, la Municipalité s’est opposée à l’ouverture toutes les nuits de l’hypermarché situé au centre commercial Saint Caprais. La Direction de ce groupe nous a en effet informés en fin d’année 2019 qu’elle souhaitait étendre les horaires d’ouverture aux dimanches après-midi et aux nuits.
Nous avons décidé de nous opposer, avec courtoisie mais fermeté, à ce que nous considérons comme une dérive inutile et absurde de l’acte de consommation qui doit, selon nous, respecter les rythmes biologiques et non céder à une course aux profits qui déstructure nos vies mais également celles des salariés.
La justice a condamné fin juillet cette enseigne de grande distribution à stopper ces ouvertures nocturnes dans trois magasins toulousains, arguant que la mission des vigiles, seuls salariés présents durant les nuits, n’est pas de remplacer les agents préposés aux caisses, même indirectement. Nous saluons cette décision de justice qui nous conforte dans notre résistance.
L’affaire n’est pas pour autant close : des recours des différentes parties prenantes ne sont pas exclus dans les semaines à venir.
Nous assurons ici les Unionais de notre volonté de conserver à L’Union sa quiétude nocturne.
LES ÉLUS DU GROUPE MAJORITAIRE DE LA LISTE «L’UNION AVANCE»


JUIN 2020

Avec un score de 75,29% et une participation de 48%, la liste « L’Union avance » conduite par Marc Péré, Maire sortant, a été massivement reconduite. Ce score est le plus élevé de toute l’Occitanie, dans les 66 villes de plus de 10 000 habitants.
Nous, membres de cette nouvelle majorité, remercions les électeurs qui ont, dans un contexte très particulier, largement approuvé le bilan de l’équipe sortante et donné mandat à une équipe renouvelée à 50% pour les 6 prochaines années. Ce résultat nous oblige : nous n’avons pas le droit de décevoir une double approbation aussi massive.
La crise du COVID semble derrière nous. La Municipalité, les élus, des associations, les services et les dizaines de bénévoles ont su répondre à cette crise avec de nombreux actes de solidarité, notamment auprès des plus démunis et des plus isolés d’entre nous. C’est dans les moments de crise que les mots de solidarité, bienveillance et entraide
prennent tout leur sens et deviennent une réalité concrète.
Nous vous souhaitons de bonnes vacances estivales.
LES ÉLUS DU GROUPE MAJORITAIRE DE LA LISTE «L’UNION AVANCE».